Michel Gayraud

filet

LA BOURSE OU LA VIE - OCCITANS DE PARIS - OUVRIERES DE FURNON - BEZIERS CHÔMAGE - LA VIE DURAILLE - LADRECHT VIVRA MURVIEL, OCCITANIE - AVANT LA NUIT - FILMS INSTITUTIONNELS / PILOTES - LES VISAGES ET LES MOTS
MAX ROUQUETTE ET SON VERT PARADIS - VICTORY BOOGIE WOOGIE - FELIX CASTAN - WISEMAN U.S.A - PERMANENCE DU MIRACLE
A PROPOS DE « LA BOHEME » / LA REINE DE LA NUIT - LE PAYS DE TEJEDOR - LE PAYS DE POMAREDES
ROMEO ET JULIETTE : FRAGMENTS - SANTIAGO - LE CHANT DE L’ODYSSEE - FLAMENCA - TROBADORS - CROSADA - OCCITANE
MAGAZINES FRANCE 3 SUD
- CATHARE - JOVENT - PROTESTANTES - BERNARD MANCIET / ORFEU - BEATRIS - UZESTE
AZALAÏS Série : « EPOPEES PYRENEES » - FELIX ARNAUDIN - BORD’OC - POESIA - CADENA CUBANA - DONAS - CANTAIRES - JEAN BOUDOU CARNAVAL ES ARRIBAT - SIRVENTES - 1907 LA REVOLTE DES VIGNERONS - YVES ROUQUETTE - MOSAÏCA - IN EXTREMIS

 

LA BOURSE OU LA VIE Fiction - 26 mn. 1974.
Avec
Georges Tourennes, Guy Fontes, Pierre Glamaut, Gérard Farenc, Christian Aiguevives, Christian Pouget,
Jean Yves Picaud, Claude Magnez, Lola Pérez

Musique
Henry Foures
Scénario / image / réalisation
Michel Gayraud
Production CINOC Diffusion FR3
Sélection
 Festival de San Sebastian 1979

Vers 1830, dans l’Hérault, Jean Pomarèdes, propriétaire endetté devient bandit de grands chemins… Ses exploits ont frappé l’imagination des autochtones qui ont raconté à son sujet des histoires fantaisistes où se mêlent l’humour, le fantastique, l’esprit frondeur, et où le bandit qui défie l’ordre public garde malgré ses crimes la sympathie du peuple…
C’est à partir de ces récits qui circulaient encore dans la région, de cette mémoire collective et populaire ancrée dans un lieu, qu’a été écrit le scénario. Mettant en scène des personnages emblématiques (le bandit, le policier, le gros propriétaire, le curé, le paysan…) et tourné en noir
et blanc sur les sites qui ont fait naître la légende, La Bourse ou la Vie, accompagné seulement par de la musique et des sons d’ambiance,
est pensé comme un film muet avec des cartons annonçant les diversépisodes.
filet
OCCITANS DE PARIS Fiction - 30 mn. 1977.
Avec Guy Fontes, Claude Magnez, Lola Pérez, Marie-Jeanne Pérez, Noël Vidalenche, Lucie Viola
Réalisation / image
Michel Gayraud
Scénario / diffusion circuits alternatifs
Production
CINOC Sélections Cinéma du réel (Beaubourg)l. 1978, Festival de Douarnenez 1981

La vie de quelques occitans à Paris : un postier qui le dimanche va à la gare de Lyon regarder les trains partir vers le sud, une chômeuse, un cheminot qui dans la foule des banlieusards passe des heures dans les transports en commun, une institutrice et ses élèves immigrés en Seine Saint-Denis... « La vie de tous les jours » filmée comme une aventure avec comme héros des personnages « communs »…
Cette fiction, mettant en scène dans les décors et les situations de leur vie quotidienne, des gens jouant parfois leur propre rôle, a été filmée avec un dispositif léger de documentaire.
filet
OUVRIERES DE FURNON Documentaire - 55 mn. 1978.
Réalisation / Production CINOC Michel Doumenc, Guy Fontes, Michel Gayraud, Claude Magnez, Marie-Jeanne Pérez, Maïté Pinéro
Voix off Laure Doumenc
Image
Michel Gayraud
Musique Aziz, E. Granier. JJ Layre, B. Mouchel, E.Pelletier, K.Philibert, A.Soulas
Chanson traditionnelle
Rosina et Martina de Peira
Diffusion Circuits alternatifs
Sélections
Festival de San Sebastian 1979, Festival de Douarnenez 1981, Festival de La Rochelle 1978
Journées du Cinéma Militant (Rennes) 1978

En 1977, dans l’usine de confection « Furnon » d’Alès, des ouvrières ont voulu créer un syndicat CGT. Le patron et la majorité des autres ouvrières les ont rejetées en leur proposant de travailler dans un atelier séparé. Elles ont refusé et pendant des semaines, tous les matins en chantant
« La Marseillaise » et « L’Internationale », elles essayaient d’entrer en force dans l’atelier principal…
Mais « il faut savoir arrêter une grève » et elles ont perdu leur combat… Sur les lieux de l’usine devenus des « scènes » (atelier principal, atelier séparé, parvis) où s’affrontent spectaculairement les deux groupes, mêlés aux ouvrières, nous avons suivi ce conflit. Ouvrières de Furnon est constitué des scènes prises sur le vif (bousculades à l’entrée de l’atelier, face à face, discutions, attentes, manifestations, etc) et d’entretiens avec les ouvrières qui racontent et commentent leur action: Justa la meneuse, Zina la rebelle, Hélène qui gardait toujours sa casquette rouge « parce qu’elle retenait les cheveux… et les idées »…
Des cartons scandent le film comme des pancartes dans une manifestation et les numéros d’un compte à rebours accompagnent cette lutte sociale qui aboutira à un échec.

filet
BEZIERS CHÔMAGE Documentaire - 52 mn. 1978.
Réalisation / Production CINOC Michel Doumenc, Guy Fontes, Michel Gayraud, Claude Magnez, Marie-Jeanne Pérez
Musiques Clémencic Consort, Prokofiev
Image Michel Gayraud
Diffusion Circuits alternatifs
Sélection Festival de Douarnenez 1981

Avec comme toile de fond une ambiance festive, les musiques de « féria », les défilés de majorettes et les finales triomphales de rugby, la spirale du chômage à Béziers : un viticulteur obligé d’arracher ses vignes, un ouvrier agricole qui se reconvertit et travaille en usine, une mère de famille qui n’arrive plus à joindre les deux bouts, un chômeur qui va rôder autour de son entreprise fermée, une famille nombreuse logée dans une cité de transit, un ouvrier obligé de travailler dans une dangereuse usine américaine de produits chimiques…
filet LA VIE DURAILLE Documentaire - 26 mn. 1979
Réalisation / Production CINOC Michel Doumenc, Guy Fontes, Michel Gayraud, Claude Magnez, Marie-Jeanne Pérez
Image Michel Gayraud
Musique Haendel
Chanson Patric
Diffusion Circuits alternatifs
Sélection Festival de Douarnenez 1981

La vie de cheminots occitans, basques, catalans, qui travaillent à la Gare d’Austerlitz à Paris et qui ayant le « mal du pays » reviennent tous
lesweek-ends chez eux. Ils sont filmés dans leur travail, leur vie dans les foyers SNCF, leurs voyages en train vers leur pays…
où l’on ferme des petites lignes au nom de la rentabilité.

filet LADRECHT VIVRA Documentaire - 52 mn. 1980.
Avec Les mineurs du puit de Destival et Francis Iffernet
Réalisation / image / montage Michel Gayraud
Son Jean Pougnet
Musique Katou Philibert
Chants Ecrits par les mineurs
Production VAL (Daniel Bégard)
Diffusion Circuits alternatif

A Alès la lutte des mineurs du puit de « Ladrecht » pour défendre leur mine qu’on veut fermer… Leur quotidien sur le carreau de la mine
qu’ils occupent, les confrontations avec leurs patrons, leurs débats, leurs actions pour sensibiliser la population, les fêtes qu’ils organisent,
leur parole… Le film est scandé par les chansons qu’ils écrivaient sur des airs connus : « Le temps des cerises », « La Carmagnole »…

filetMURVIEL, OCCITANIE Documentaire - 52 mn. 1981.
Réalisation / Production CINOC Michel Doumenc, Guy Fontes, Michel Gayraud, Claude Magnez, Marie-Jeanne Pérez,
Michèle Solans, Patrick Solans

Image Michel Gayraud
Musique Michel Marre
Diffusion Circuits alternatifs
Sélection Festival de Douarnenez 1981

Chronique de la vie d’un village viticole réalisée pendant une année : les travaux de la vigne et les problèmes des viticulteurs, les souvenirs des vieux et les fêtes du 3°âge, les matchs de l’équipe locale de rugby, le carnaval, l’inquiétude des jeunes qui ne veulent pas quitter leur pays… Derrière la sérénité des longs plans qui accompagnent la vie du village, la mélancolie d’un monde rural qui décline.
filetAVANT LA NUIT Fiction - 52 mn. 1982.
Avec Michèle Solans, Claude Gaignaire, Claude Magnez, Marie-Jeanne Pérez, Georges Tourennes, Pierre Sernin
Musique Verdi. Extraits des « Chants de Maldoror » de Lautréamont et de la bande son de « Johnny Guitare » de Nicholas Ray
Mixage Guy Fontes
Scénario / image / montage / réalisation Michel Gayraud
Production CINOC / Centre Méditerranéen de Création Cinématographique (René Allio)
Diffusion Festivals, Rencontres. Prix des 15° Rencontres des Jeunes Réalisateurs de Belfort
Sélections « Perspectives » FESTIVAL DE CANNES 1984, Journées des Jeunes Créateurs (Le Monde / Autrement) Studio 43 (Paris) 1985 Festival du Court-métrage de Clermont Ferrand 1985, Cinéma et monde ouvrier. Charleroi 1983, Festival de Montréal 1985

Précédé par l’expérience de documentaires « militants » à laquelle se mêle ici la subjectivité du réalisateur, Avant la nuit raconte l’itinéraire d’une jeune chômeuse jusqu’au suicide. Dans ce personnage principal, inspiré par une jeune chômeuse qui s’était suicidée par le feu, se cristallise ce que vit tout le monde. Les autres protagonistes (l’amant, l’amie, la voisine, le frère…) sont soumis à des degrés divers aux mêmes difficultés, à la même dégradation qu’elle et comme des ondes concentriques le désespoir du personnage central se répercute sur eux. La progression dramatique est constituée par les étapes d’une régression : la « chômeuse » n’arrive plus à assurer sa survie économique, les relations avec son entourage se détériorent, elle a des difficultés à communiquer avec ses proches, elle est de plus en plus isolée et voit toutes les issues se fermer. Peu à peu elle se replie sur elle-même et est fascinée par la tombée de la nuit et le feu… Dans cette nuit qui finira par vaincre la lumière et les couleurs de notre quotidien il n’y aura bientôt plus que la lueur d’une jeune femme qui s’immole par le feu.
Identités en miettes, vies qui ne se rencontrent plus, ne se raccordent plus… ici le cinéma est solidaire de cette désagrégation. Gommant les plans de transition, de mise en situation, le film a été réalisé majoritairement en plans-séquences concentrés sur des moments, des fragments de vécu qui racontent l’histoire en pointillé, d’une manière discontinue, et l’éclatement, le manque, que vivent les personnages sont aussi dans le récit. Ces vides qui sont parfois marqués par des noirs comme les silences en musique, le spectateur, devenu le contre champ, peut les remplir avec sa propre expérience, le cas particulier sort de l’écran et englobe la salle.
En même temps ces plans séquences sont une question de survie : c’est eux qui font que le film n’est pas complètement désespéré. Ces blocs, on ne peut pas les couper, les diviser, les manipuler, contrairement aux personnages dont la société fait n’importe quoi. Il y a au moins quelque chose qui résiste, une unité quelque part, qui fait que le film peut exister et que cette histoire peut être racontée…
Avant la nuit ou comment la société marchande nous rend étrangers aux autres, à nous-mêmes, et détruit notre identité.

filet FILMS INSTITUTIONNELS / PILOTES 1980 / 1986

• LO RECANTO 26 mn - situation socio-économiques de l’arrière-pays de l’Hérault
• FORMATION A BEDARIEUX 26 mn - problèmes posés pour la formation dans une petite ville de l’Hérault
• L’OR DE L’ETANG 20 mn - situation socio-économique des pêcheurs de l’Etang de l’Or près de Montpellier
• PETASSOUS DE LA DEVEZE 13 mn - un carnaval dans une cité
• LA ROUTE DU SILENCE
26 mn - le Canal du Midi
• VIVRE EN LOZERE 26 mn - situation socio-économique du département de la Lozère
• LE THEATRE EST SUR LA PLACE 26 mn - les « Comédians de Barcelone et la « Dog troup » d’Amsterdam
• L’EAU POTABLE DANS LE DEPARTEMENT DE L’HERAUL
T 26 mn - les problèmes d’eau potable
• UNE MANDRAGORE 13 mn - une fanfare de femmes
• LES PLANTES MEDICINALES 52 mn - les vertus des plantes médicinales
• LA FORET MEDITERRANEENE 26 mn - les problèmes de la forêt méditerranéenne
• ANPE : MODE D’EMPLOI 26 mn - les nouveaux services de l’ANPE
• DES ROCKERS ET DE VILLES Pilote pour une série associant un groupe de rock et une ville
• DES HLM PAS COMME LES AUTRES 26 mn - des HLM sur la commune d’Aniane dans l’Hérault
• RENOVATION A THONON Rénovation d’un quartier de Thonon-les-Bains
• LE VASE EST DANS LE VERRE Le travail d’un verrier
• CRIC CRAC : 3 pilotes pour une série où l’écrivain Yves Rouquette conte des histoires d’hier et d’aujourd’hui
• LA FILLE DE BOUTIGNO 13 mn - Pilote pour un feuilleton
• L’OCCITANE 7 mn - Film publicitaire pour une coopérative viticole
• BELIBASTE/ LA VEILLE DE SA MORT 2x7mn - deux courts métrages autour du cathare Bélibaste
pour une exposition permanente dans un châteaufilet
LES VISAGES ET LES MOTS Documentaire - 52 mn. 1982
Entretiens Jean Tuffou
Réalisation / image / montage Michel Gayraud
Production VAL
Diffusion Circuits alternatifs

Filmées pendant 52 mn en très gros plan, en scrutant leurs visages comme si on voulait voir leur âme, trois jeunes filles d’un village
se livrent et abordent tous les sujets…
filet
MAX ROUQUETTE ET SON VERT PARADIS Documentaire - 52 mn. 1983.
Musique Mozart, Schubert, Ferrari
Scénario, entretiens Roland Pécout
Réalisation Michel Gayraud, Roland Pécout
Production CIDO / VAL
Diffusion Institutionnelle

Portrait de l’écrivain Max Rouquette qui nous parle au cours d’une déambulation dans les lieux de sa vie.
filetVICTORY BOOGIE WOOGIE série « Vidéo à la chaîne » Art Vidéo. 3 mn. 1984. Série supervisée par le « Montfaucon Reasarch Center »
Musique Jacques Lederlin Rap Joëlle de La Casinière
Conception / Réalisation Michel Gayraud
Production Vidéo Ciné Troc (Pierre-Olivier Bardet) / FR3 ;
Diffusion FR3
Prix du « Clip documentaire » au 1° Festival du clip de St Tropez

Reconstitution sur ordinateur du dernier tableau de Mondrian, oeuvre dans laquelle les lignes noires qui supportent les fameux rectangles de couleur se fondent avec ces derniers et deviennent multicolores: il n’y a plus de différence entre le fond et le sujet, plus de dualité et Victory Boogie Woogie clignote comme un message d’espoir dans la nuit…
Rencontre de l’esthétique de la télévision avec celle du peintre qui rêvait d’un langage universel qui réconcilierait les hommes avec leur époque, le film est un « clip pictural » dans lequel le tableau devient « chanson ». L’oeuvre est déconstruite et les morceaux sont rassemblés en étant soumis au temps, au rythme. Vitrail télévisuel en mouvement, BD abstraite, où en se succédant les rectangles de couleur deviennent musique : une continuité composée d’une intro, quatre couplets, un final, ponctués par un « refrain » qui est le tableau représenté dans sa totalité.
filet FELIX CASTAN 3 documentaires FELIX CASTAN - 52 mn,
OCCITANIE ANNEE ZERO - 13 mn. rOCk - 9 mn. 1982 / 1984.
Avec Félix Castan, Anne Castan
Lumière David Duprat, Jean-Claude Chauchard
Son Jean Pougnet
Réalisation / image / montage Michel Gayraud
Production CIDO / CIRCA / VAL
Diffusion Institutionnelle

L’écrivain et théoricien occitan Félix Castan se battait contre le centralisme, ses conséquences (le régionalisme, le provincialisme) et pour une expression culturelle polycentrique dans une France où hors de Paris naîtraient d’autres pôles de création (la présente filmographie reflète une adhésion à ses idées et une volonté de les mettre en œuvre).
Trois films sur lui : Félix Castan, un portrait constitué d’entretiens et d’extraits de son œuvre, Occitanie année zéro, un autre entretien au sujet de la décentralisation, et rOCk, un « clip » où dans sa cité de Montauban Castan adresse à sa ville sourde un poème en même temps qu’un orchestre de jeunes joue du hard rock…filet

WISEMAN U.S.A Documentaire - 52 mn. 1986
Entretiens Pierre-Olivier Bardet
Son Richard Jutra
Assistante réalisation Josée Drollet
Image / montage / réalisation Michel Gayraud
Production Vidéo Ciné Troc (P.O Bardet) / CFPJ / Vidéographe (Montréal).
Langue Français et anglais (st français)

Diffusion FR3 «  Océaniques », ARTE, PLANETE

Le documentariste Frédérick Wiseman, son œuvre et son sujet : les U.S.A… Wiseman réalise des documentaires sur les institutions : justice, école, armée, police… Ses films, sans interview ni commentaires, nous montrent la société américaine et ont un intérêt objectif. Dans Wiseman USA, le documentariste est filmé et interviewé à Boston pendant un montage, dans une lumière crépusculaire, enfermé dans sa maison comme si l’extérieur était menaçant.
De cet extérieur, on voit des fragments noirs et blancs extraits de ses films qui interviennent comme des archives, des pièces d’un puzzle dont l’image finale est la société américaine, le modèle du monde occidental. De cet extérieur on voit aussi des plans de Boston filmés en pensant à la peinture hyperréaliste américaine : des scènes banales de la vie quotidienne qui, regardées avec insistance finissent par devenir étranges : reflets dans le verre des buildings, lieux presque déserts qui deviennent des « décors » où des « figurants » passent tels des fantômes, des restes, comme si la société que montrait Wiseman et le système sur lequel elle est fondé ne pouvait qu’amener au chaos et si on en était déjà réduit à filmer les signes d’un monde disparu.filet

PERMANENCE DU MIRACLE Documentaires - 7 x 13 mn. 1985 / 1986.
AVE MARIA, MIRACLE AU CIMETIERE, ST VIDIAN CONTRE LES SARRASINS, L’ERMITE, LE JOUR DU BŒUF, LES VISIONS DE CARMELLE, THEOPHANIE.
Entretiens Marie Rouanet
Son Jean Pougnet
Réalisation / image / montage Michel Gayraud
Production VAL
Diffusion Institutionnelle

Débusquées par l’écrivain Marie Rouanet, des manifestations religieuses insolites : une femme qui a vu la vierge et organise des pèlerinages dans son jardin, un ermite dans les Corbières, une fête où l’on tue un bœuf, des villageois qui se déguisent en chrétiens et sarrasins pour reconstituer une bataille et fêter leur saint, une statue qui pleure dans un cimetière, une femme qui dialogue avec le Christ, une communauté de chrétiens orthodoxes…filet
A PROPOS DE « LA BOHEME » / LA REINE DE LA NUIT
Documentaires - 2x13 mn. 1987.
Image / montage / réalisation Michel Gayraud
Production ERATO FILMS
Diffusion A2 (« Musique au Cœur »), ARTE, M6, FR3

Documentaires pour la promotion de films ou de disques « Erato »: Barbara Hendricks et José Carreras enregistrant la bande son du film
« La Bohème » sous la direction de James Conlon et Armin Jordan et la cantatrice Sumi Jo enregistrant « La Flûte Enchantée »…
filet
LE PAYS DE TEJEDOR Docu-fiction - 52 mn. 1990.
Avec Bruno Cécillon, Michèle Solans, Hélène de Bissy, Jean-Louis Blénet, Michel Cordes
Voix Jean-Marie Grastilleur, Gilles Buonomo
Son Jean Pougnet
Lumière David Duprat
Montage/ Mixage Antoine Traverson
Musiques Thierry Lancinot
Scénario / cadre / réalisation Michel Gayraud
Production OXO / Phaestos, avec la participation de Région Languedoc-Roussillon, Département de l’Hérault, Drac, Procirep
Langue français Diffusion FR3, PLANETE

Légende d’un bandit et de son territoire…. Dans l’Hérault, en 1930 José Tejedor, ouvrier agricole émigré, décide de ne plus travailler et de devenir voleur… Ces évènements ont frappé les esprits des autochtones. Pendant des années ils ont raconté les exploits de ce bandit et en même temps ont crée sa légende en inventant des histoires où aux faits se mêlaient leur vie quotidienne, leur imagination, leurs désirs, leurs préoccupations, leurs rêves… Pour raconter cette histoire où se fondent le réel et l’imaginaire, le film mêle le documentaire à la fiction.
Des « témoins » des évènements, joués par des comédiens, s’adressent aux spectateurs pour leur dire ce qu’ils savent ou ont inventé. Ils sont dans le noir d’un studio comme dans une tombe et dans cette « camera oscura » leur parole fait naître des images de l’extérieur, des sites qui ont été le théâtre des événements, un monde végétal et minéral qui devient inquiétant, étrange, fantastique…
Dans ces lieux, un conteur, épouvantail animé se promenant à bicyclette, circule dans le labyrinthe d’un imaginaire collectif en essayant de rassembler les pièces d’un puzzle: son interrogation permanente sur la vérité des faits, l’absence ou la présence de Téjédor, fait que le récit ne peut avancer qu’en se posant des questions sur lui-même. Ce film a été tourné à diverses saisons de l’année, avec une équipe légère qui partait dans la nature pour filmer des séquences préparées mais aussi des plans improvisés en fonction de la lumière, la météo, les situations rencontrées… filet

LE PAYS DE POMAREDES Docu-fiction - 52 mn. 1992.
Avec Bruno Cécillon, Georges Tourennes, Eve Combe, Guy Fontes
Son Jean Pougnet
Lumière David Duprat
Montage/ mixage Antoine Traverson
Musique Christophe Héral
Scénario / cadre / réalisation Michel Gayraud
Production OXO / Phaestos, avec la participation de Région Languedoc-Roussillon, Département de l’Hérault, Drac, Procirep
Langue français Diffusion FR3

Dans Le Pays de Pomarèdes on retrouve le même dispositif que dans Le Pays de Tejedor mais les « témoins » sont remplacés par des extraits noir et blanc et muets du film La bourse ou la vie qui traite du même sujet.filet ROMEO ET JULIETTE : FRAGMENTS Essai - 13 mn. 1991.
Son Jean Pougnet
Montage / Mixage Antoine Traverson
Image / réalisation Michel Gayraud d’après « Roméo et Juliette »
Mise en scène par Hélène De Bissy avec les jeunes comédiens de « L’Outil Théâtre »
Production OXO / Phaestos
Avec l’aide de la DRAC Languedoc-Roussillon Diffusion FR3

Pendant la Guerre du Golfe, dans une cave obscure, des adolescents cernés par des bruits de guerre, jouent « Roméo et Juliette »… comme « l’histoire » est connue elle a pu être réduite à 13 minutes.
Le film est constitué de fragments reliés par un compte à rebours qui progresse alors que les bruits de guerre s’amplifient et que le danger extérieur augmente... Une esthétique de bande annonce où l’éclatement, le lacunaire et le manque, deviennent constitutifs du film. filet

SANTIAGO Documentaire - 13 mn. 1992.
Son Jean Pougnet
Réalisation / image / montage Michel Gayraud
Assistant Emmanuel Poulanges
Production OREA (Christian Poulanges)
Diffusion Institutionnelle

La fin des terres à l’extrémité occidentale de l’Europe… Les fêtes de St Jacques à Compostelle. Avec une structure « musicale », lancinante et répétitive, pendant treize minutes, des musiques, des sons, et pas un mot.filetLE CHANT DE L’ODYSSEE Captation - 4 x 52 mn. 1992.
Avec Bruno de la salle
D’après « L’Odyssée » d’Homère traduit par Victor Bérard
Musique Jean-Pierre Auboux
Lumière François Austerlitz
Son Jean Pougnet Assistante Sarah Gagnier
Montage / Mixage Antoine Traverso
Cadre / réalisation Michel Gayraud
Production Idéale Audience (Pierre-Olivier Bardet, Hélène Lecoeur) / France Culture / Phaestos / Clio
Diffusion MEZZO

Le poème d’Homère dit par le conteur Bruno de la Salle toute une nuit au Festival d’Avignon. Une captation particulière, en trois nuits, trois « rounds », avec une seule caméra, un « mano à mano » entre le conteur et le cadreur. £Seulement un grand texte, un conteur, de la lumière,
de la musique, et une caméra pour les suivre: 4 heures et une dizaine de plans séquences… filet
FLAMENCA Fiction - 36 mn. 1994.
Avec Marion Weidman, Jean-Michel Hernandez, Bruno Cécillon, Candy Fabrgal, Delphine Sire, Eric Colonges, Alexandre Fabry
Costumes Anne De Vains
Image Jean-Luc Fauquier
Son Jean Pougnet
Montage/ mixage Antoine Traverson
Maquillage Muriel Brot
Régie Jean-Jacques Layre
Décor OXO
Assistant réalisateur Thierry Varnay
Musique Christophe Héral
Transcription occitan Yves Rouquette
Scénario (d’après le « Roman de Flamenca » écrit au XIII° par un anonyme)
Cadre/ réalisation Michel Gayraud
Production France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) / OXO / Phaestos (Pierre-Paul Castelli) avec la participation de Région Languedoc-Roussillon, Région Midi-Pyrénées, Département de l’Hérault, Communautés européennes, Idéale Audience
Langue Occitan sous-titré français
Diffusion FRANCE 3 SUD
Sélection Festival International du Cinéma Méditerranéen (Montpellier), Festival « Résistance » (Foix)

Le thème de prédilection des troubadours était l’amour courtois qui exigeait de l’amant une soumission à une femme mariée et idéalisée accordant progressivement ses faveurs à son soupirant, et les troubadours étaient convaincus que cette retenue, cette distillation du désir étaient productrice de qualités, de valeurs morales et de vertus… Flamenca est une adaptation d’un roman occitan du XIII° siècle où se fondent une histoire d’amour et un traité d’amour courtois : enfermée par son mari jaloux, Flamenca n’a le droit de sortir que pour aller à la messe. Guilhem qui est tombé amoureux d’elle en en entendant parler se fait clerc pour pouvoir l’approcher et chaque dimanche à la messe il a juste le temps d’échanger avec elle un seul mot.
Flamenca finit par être amoureuse de Guilhem et chacun avec ses damoiselles et damoiseaux commente la progression de leur amour et analyse ses sentiments jusqu’à ce que les deux amants finissent par se retrouver… En 1994, dans un théâtre obscur, un conteur et deux comédiens jouent et disent (en occitan et en vers) Flamenca devant quatre adolescents d’aujourd’hui qui peu à peu « entrent » dans la fiction et de spectateurs deviennent les confidents des amants … C’est à partir de cette situation que devant un écran fermant l’image et sur lequel sont projetés des diapositives représentant des motifs d’enluminures et des fonds monochromes, dans un dispositif minimal, en mettant en concordance l’esthétique médiévale et celle de la télévision (par exemple : absence de perspective = absence de profondeur de champ), émergeant de l’obscurité du lieu et de l’époque de la représentation, des artifices manifestes vont créer la fiction et évoquer le Moyen-Âge. Le film est structuré à partir des rencontres à l’église.
Elles créent une continuité répétitive dont les intervalles s’enrichissent progressivement d’éléments nouveaux : addition des mots du dialogue des amants à la messe (un « résumé des épisodes précédents ») qui chaque fois sont repris sur un fond noir, les monologues des amants qui, de plus en plus juxtaposés et entrecroisés, deviennent « dialogues », présence croissante des adolescents confidents… La multiplication des ces éléments, en même temps qu’elle permet à l’histoire d’amour de se développer et peu à peu rapproche les amants, divise et dilate le temps qui sépare les rencontres à l’église et en retardant le moment où Flamenca et Guilhem se retrouveront, traduit esthétiquement la progression amoureuse selon l’amour courtois…

filet TROBADORS Essai - 52 mn. 1995.
Avec Isabelle François, René Zosso, Jean-Luc Madier, Jean-Marie Carlotti, Jan de Melhau, Gérard Zuchetto
Katinka Hyllested, Patrice Barthes, Michel Bourelly

Image Jean-Luc Fauquier
Son Jean Pougnet
Montage / Mixage Antoine Traverson
Maquillage Muriel Brot
Régie Jean-Jacques Layre
Décor OXO, « L’Envers du Décor »
Chorégraphie Patrice Barthes
Musique Gérard Zuchetto, « Original Combo »
Assistant réalisateur Thierry Varnay
Transcription occitan Yves Rouquette
Scénario / cadre / réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) / OXO / Phaestos (Pierre-Paul Castelli)
avec la participation de
 Région Languedoc-Roussillon, Région Midi-Pyrénées, Département de l’Hérault, Communautés européenne
Langue Occitan sous-titré français
Diffusion FRANCE 3 SUD
Sélection Festival International du Cinéma Méditerranéen (Montpellier), Festival Résistance » (Foix)

A partir des chansons des troubadours et de leurs biographies, brèves et romancées, écrites en occitan au Moyen-Âge, Trobadors raconte en mêlant leurs chants à la fiction, les vies et les amours de sept d’entre eux : Jaufre Rudel , Peire Vidal, Raimbaut de Vaqueiras, Bernard de Ventadorn, Guilhem de Cabestanh, Raimon de Miraval, Guiraud de Borneil… Alors qu’en off une récitante raconte la vie des poètes, sept fois sur un grand échiquier et s’inscrivant devant un mur comme les personnages d’une fresque, suivis par de longs travellings latéraux, dans une atmosphère onirique, comme des fantômes du théâtre « Nô » condamnés à revivre un moment de leur vie, la Dame, le Troubadour et le Seigneur (toujours les mêmes) jouent et rejouent les gestes de l’amour courtois.
Ils sont accompagnés par un chanteur, à chaque fois différent, interprétant une chanson du troubadour concerné… pour le dernier, la récitante off devient in sous forme d’une chanteuse de rock qui donne à cette poésie des troubadours toute son actualité et un épervier empaillé, présent à toutes les séquences, devient vivant… Les costumes sont noir et blanc et la couleur, changeante pour chaque troubadour, est dans la lumière. Sept « clips médiévaux » colorés comme des enluminures.filet

CROSADA Fiction - 30 mn. 1997.
Avec Isabelle François, Julien Cécillon, Bruno Cécillon, Jean-Louis Blénet, Pierre Brun, Jean Varela, Claude Barthélémy,
Marie-Christine Brambilla, Dora Michaux, Delphine Sire, Alex Augé, Alexandre Fabry, Olivier Séguret, Serge Yzern
et des enfants des écoles occitanes « Calandretas »

Lumière Jean-Luc Fauquier
Son Patrice Gleize
Montage / mixage Antoine Traverson
Maquillage Muriel Brot
Régie Christian Rossignol
Décor OXO
Chant Gérard Zuchetto
Musique Christophe Héral
Assistant réalisateur Thierry Varnay
Transcription occitan Yves Rouquette
Scénario / cadre / réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) / OXO / Phaestos (Pierre-Paul Castelli)
avec la participation de
Région Languedoc-Roussillon, Région Midi-Pyrénées, Département de L’hérault et C.N.C

Langue Occitan sous-titré français
Diffusion FRANCE 3 SUD
Sélection FIPA ( Biarritz) 1998, Festival International du cinéma Méditerranéen (Montpellier),
Festival « Résistance » (Foix),
Prix au Festival d’Estavar Llivia

En 1209, suite au développement de l’hérésie cathare et à l’assassinat du légat du Pape, celui-ci appelle à la croisade contre les hérétiques du Sud et ceux qui les tolèrent… Pillages, massacres, bûchers : les guerriers du Nord détruiront la civilisation des troubadours et les terres occitanes finiront par être annexées par la France… Troisième volet d’un triptyque comprenant les films Flamenca et Trobadors et réalisé comme eux en studio avec les mêmes parti pris esthétiques (minimalisme, frontalité, théâtralité, image épurée, stylisation, abstraction, couleur exacerbée, coexistence des éléments du film dans un espace et un temps manifestement spectaculaires et non réalistes) Crosada est une adaptation de
La Chanson de la Croisade écrite au moment des événements.
Comme dans un mystère médiéval, entre un Enfer rouge et un Paradis bleu, un récitant-meneur de jeu dit en alexandrins et en occitan le texte de la « Chanson de la Croisade » entouré d’acteurs (les victimes et les croisés, grands « soldats de plombs » dirigés par un chef sur un cheval blanc) qui la jouent dans un décor constitué de cubes noirs à quatre faces qui, assemblés différemment selon les scènes, figurent mur, créneaux, fenêtres, poternes, prisons… Au milieu de ce « jeu de construction médiéval », un chœur d’enfant des écoles occitanes intervient pour raconter la chronologie des évènements et de ce chœur se détache un petit garçon qui, égaré dans la représentation et ses couleurs violentes, vit les épisodes sanglants de la croisade comme un cauchemar…
Scandant le récit, des chanteurs interprètent un chant anticlérical de troubadour. Ces séquences se succèdent d’une manière cyclique
et répétitive, s’enchaînent comme un engrenage en donnant à la forme du film un aspect implacable et inéluctable semblable à l’avancée
des croisés. filet
OCCITANES Documentaire - 26 mn. 1998.
Avec Isabelle François, Claudine Paul, Colette Lapléchère, Myriam Petiot, Magali Fraisse
Lumière Lionel Jaudon
Son Jean Pougnet
Montage / mixage Antoine Traverson
Musique «  Mescladissa »
Cadre / réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) / OXO / Phaestos (Pierre-Paul Castelli)
avec la participation de
Région Languedoc-Roussillon, Région Midi Pyrénées, Département de l’Hérault, C.N.C
Langue français et occitan sous-titré français
Diffusion FRANCE 3 SUD

Portraits de 5 jeunes femmes qui parlent occitan : une chanteuse, une étudiante, une journaliste, une comédienne homosexuelle,
un professeur qui attend un enfant.filet

MAGAZINES FRANCE 3 SUD Pôle Sud /
Le Mag du Dimanche / Passages
Documentaires - 11 x 13 mn. 1998 / 2000.
• AU PAYS DE « LA FEMME ALLONGEE » voyage sur une montagne
• SERVIN un sculpteur anarchiste
• VLADIMIR KOJOUKHAROV un compositeur qui a crée un « opéra junior »
• MARIE ROUANET un écrivain
• BRUNO CECILLON un comédien
• GERARD MAJORAL un joueur de rugby.
• EDITH JOSS une jeune femme qui recueille des vieux chevaux
• LES FRERES MARRE un jazzman et un architecte.
• VERONIQUE ROUGE une couturière qui fait du karaté.
• LES TRABUCAYRES en Catalogne au XIX° des bandits qui attaquaient les diligences
• MARCEVOL un prieuré face au Canigoufilet
CATHARE Fiction - 28 mn. 1999.
Avec Bruno Cécillon, Georges Besombes, Jean-Marie Bousquet, Jean-Philippe Dupré, Jean-Louis Blénet
Lumière Lionel Jaudon
Son / mixage Patrick Level
Montage Antoine Traverson
Transcription occitan Jean-Claude Forêt
Assistant réalisation Philippe Boccardi, Julie Duran
Scénario (d’après les interrogatoires de Jacques Fournier, évêque de Pamiers. 1321)
Cadre / réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) / OXO / Phaestos (Pierre-Paul Castelli)
avec la participation de
Région Languedoc-Roussillon, Région Midi-Pyrénées, Département de l’Hérault, C.N.C.
Langue occitan sous-titré français
Diffusion FRANCE 3 SUD Sélection Festival « Résistance » (Foix)


L’histoire du dernier « parfait » et un traité de catharisme… En 1320, Arnaud Sicre part à la recherche du dernier cathare Ghilhem Bélibaste réfugié en Espagne. Il espère le livrer aux inquisiteurs et recouvrer ainsi les biens de sa mère confisqués parce qu’elle était hérétique. Il le retrouvera, gagnera sa confiance et le convaincra de revenir dans le Comté de Foix. Sur le chemin alors que s’établit entre eux une relation où l’amitié se mêle à la méfiance, les deux hommes dialoguent et Bélibaste expose la doctrine cathare à Sicre. Au bout du voyage, celui-ci livrera le dernier « parfait » aux inquisiteurs qui le brûleront.
Ce « scénario » digne d’un western est raconté par Sicre lui-même au cours de son interrogatoire par les inquisiteurs. C’est à partir de ce document qu’a été réalisé Cathare qui raconte l’histoire de ces deux hommes et expose en même temps la doctrine cathare. En marchant les deux protagonistes dialoguent et leur cheminement va de pair avec celui d’une pensée. Peu à peu Bélibaste pressent ce qui l’attend et, lassé des choses de ce monde, il l’accepte, alors que Sicre, touché par la parole du cathare, semble encore hésiter à le livrer aux inquisiteurs…
Le troisième personnage est la nature dans laquelle ils évoluent au cours de leur voyage, cette nature dont la beauté est pour les cathares l’œuvre du diable est présente en contrepoint : d’abord accueillante elle devient de plus en plus aride et désolée. Chaque séquence est précédée d’un carton annonçant le thème de la « philosophie » cathare qui va être abordé. Ce « road movie métaphysique » a été tourné en noir et blanc (dualisme cathare oblige !), à l’exception de la séquence finale du bûcher où, par la couleur, dans la mort le cathare retrouve l’unité perdue.filet

JOVENT Documentaire - 26 mn. 2001.
Avec une vingtaine de jeunes…
Lumière Lionel Jaudon
Son / mixage Patrick Level 
Montage Antoine Traverson
Assistant réalisation Philippe Boccardi
Musique Mauresca Fracas Dub, « Occitania »
Cadre / réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) / OXO / Phaestos
avec la participation de Région Languedoc-Roussillon, Région Midi-Pyrénées, Département de l’Hérault, C.N.C.
Langue français et occitan sous-titré français
Diffusion FRANCE 3 SUD


Les jeunes qui ont choisi d’apprendre et de parler l’occitan : un prof «gothique », une marocaine, une guyanaise, des chanteurs, un groupe politique…filet
PROTESTANTES Fiction - 28 mn. 2000.
Avec Nathalie Robert, Isabelle François, Myriam Pétiot, Véronique Valéry, Anne Césard, Marie Coumes, Judith Gross, Julie Vastenne, Bruno Cécillon, Jean-Louis Blénet
Lumière Lionel Jaudon
Son / mixage Patrick Level
Montage Antoine Traverson
Costumes Sylvie Cavalier
Maquillage Sabine Betbede
Assistants réalisation Philippe Boccardi, Julie Duran
Transcription occitan Alem Surre-Garcia
Scénario / Cadre / Réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) / OXO / Phaestos
avec la participation de
Région Languedoc-Roussillon, Région Midi-Pyrénées, Département de l’Hérault, C.N.C.
Langue français et occitan sous-titré français
Diffusion FRANCE 3 SUD
Sélection FIPATEL (Biarritz) 2001, Festival « Résistance » (Foix)

A la Tour de Constance d’Aigues-Mortes après la révocation de l’Edit de Nantes, entre 1723 et 1768, parce qu’elles refusaient d’abjurer leur foi, plus de 200 femmes huguenotes ont été prisonnières. Certaines comme Marie Duran sont restées enfermées plus de 35 ans…L’une d’elles a inscrit dans la pierre le mot : « RESISTER »…La vraie pièce où ces femmes étaient enfermées a été filmée dans le noir en ne faisant apparaître que les ouvertures vers l’extérieur (fenêtres, grilles, meurtrières) et par le noir qui les entourait on a raccordé ces plans avec des scènes de fiction tournées en studio et mettant en scène une dizaine de femmes jouées par des comédiennes.
A partir du lieu circulaire où elles étaient enfermées, on a donné au film une forme cyclique structurée sur 4 saisons, une forme répétitive avec des situations récurrentes : les lettres de Marie Duran, l’histoire de sa vie qu’elle raconte la nuit à une codétenue, les visites du gardien, l’histoire des huguenots racontée à une petite fille, une chanson, les discussions entre les prisonnières, etc… une structure très rigide, qui par la répétition rigoureuse de situations, des cadres,
des mouvements de caméra, donne une impression d’enfermement, d’étouffement, et rend les héroïnes prisonnières…de la forme. Alors que passent les jours et les saisons, dans leur prison des femmes se souviennent, prient, espèrent, doutent… mais ne se soumettent pas.filet

BERNARD MANCIET / ORFEU Documentaires - 2 x 26 mn. 2002 / 2004.
Avec Bernard Manciet, Bernard Lubat, Guy Latry, Gilbert Tiberghien, Claude Rouquet, Alem Surre-Garcia, Mathieu Dubroca
Extraits de « ORPHEE » de Bernard Manciet (musique Jean-Claude Audoin mise en scène Gilbert Tiberghien)
Image Bruno Reiner
Son Jean-Michel Bourguignon, Patrick Legendre
Lumière Alain Vaché, Christophe Castell
Montage David Flacard
Musique Bernard Lubat
Scénario Alem Surre-Garcia et Michel Gayraud
Réalisation Michel Gayraud
Mixage Bernard Moreau, Xavier Mansion.
Produit par France 3 Aquitaine (Carlos Belinchon) avec la participation de la Région Aquitaine
Langue occitan (st français) et français
Diffusion FRANCE 3 AQUITAINE
Sélections FIPATEL, Biarritz 2003, 2005

Poète, romancier, auteur dramatique, essayiste, Bernard Manciet écrivait en gascon et en français. Le documentaire Bernard Manciet brosse son portrait. A partir d’une conversation devant le feu où sont abordés les thèmes de son œuvre (les Landes, la tauromachie, l’océan…), le film s’élargit comme une spirale formant des cercles de plus en plus larges: on passe de l’âtre à l’aire (l’espace autour des maisons landaises au milieu des pins), à l’arène, la Garonne, Bordeaux, l’estuaire de la Gironde, et enfin l’océan…
Orfeu est un documentaire sur un opéra en occitan et en français de Bernard Manciet. Le film est constitué d’extraits de l’opéra accompagnés par une conversation avec l’auteur à propos de cette œuvre, de la langue occitane, de notre monde, notre époque… car l’Enfer où descend l’Orphée de Manciet et où se complait son Eurydice, c’est notre société marchande et consumériste. A la barbarie ordinaire des supermarchés, au monde d’illusions où nous nous perdons, Manciet oppose la poésie…filet

BEATRIS Documentaire / Captation - 26 mn. 2003.
Avec Anne Barbier, Isabelle François, Anne Brenon
Extraits de l’opéra « Béatris de Planisolas »
Musique Jacques Charpentier
Livret René Nelli
Direction musicale Marc Bleuse
Orchestre et chœurs Conservatoire de Toulouse
Lumière Lionel Jaudon
Son / mixage Patrick Level
Montage Antoine Traverson
Transcription occitan Alem Surre-Garcia
Assistant réalisateur Philippe Boccardi
Scénario / cadre / réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) / OXO
avec la participation de
Région Languedoc Roussillon / Région Midi-Pyrénées
Langue Français et occitan sous-titré français
Diffusion FRANCE 3 SUD
Sélection FIPATEL, (Biarritz) 2004, Festival « Résistance » (Foix)

En 1324, Béatris de Planissolles, châtelaine de Montaillou est interrogée par l’Inquisition. Elle est accusée d’avoir entretenu des relations coupables avec un prêtre secrètement acquis à l’hérésie cathare. En lisant son interrogatoire on découvre une femme qui brave les interdits pour vivre une passion amoureuse…Six siècles plus tard cette histoire a inspiré le compositeur Jacques Charpentier qui a écrit l’opéra « Béatris de Planisolas » avec un livret en occitan du poète René Nelli. Dans le film des extraits de cet opéra privilégiant la cantatrice se mêlent à des fragments de la déposition de Béatris dite par une comédienne et à un entretien avec une médiéviste : les voix de trois femmes se mêlent pour raconter cette histoire où se fondent l’amour et le catharisme, le sexe et la métaphysique…filetUZESTE Documentaire - 26 mn. 2002.
Avec Bernard Lubat, Patrick Lavaud, Alain Chiaradia, Nathalie Boiteau, Erwan Guyodo, Sergi Javaloyes…
et sur scène
Archie Shepp, Michel Portal, Louis Sclavis, Marc Perrone, et la voix de Félix Castan
Image Bruno Reiner
Eclairage Eric David
Son Olivier Cabanis
Montage Johanna Turpeau
Mixage Isabelle Rougeot
Musique Bernard Lubat
Réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Aquitaine (Carlos Belinchon) avec la participation de la Région Aquitaine
Langue
Français
Diffusion FRANCE 3 AQUITAINE

Le village d’Uzeste où autour du jazzman Bernard Lubat des artistes se sont rassemblés. Au cœur des Landes, dans une zone rurale en voie de désertification, la culture est devenue un moyen de résistance… Résister à quoi ? A la résignation, au centralisme, à une société marchande… « Ce n’est qu’un combat, continuons le début ! » (slogan uzestien)filet
AZALAÏS Série : « EPOPEES PYRENEES » Docu-Fiction - 26 mn. 2003.
Avec Céline Bernat, Thierry Desdoit, Dominique Taillemite, Pierre Brun, Philippe Coste, David Serraz
Image Didier Colin
Eclairage Jean-Pierre Stolfo
Son Jean-Michel Bourguignon, Philippe Ferrasse
Maquillage Dominique Mongie
Montage Patrick Lauze
Mixage Jean-Marc Dussardier
Chant Jean-Luc Madier
Musique Tre Fontane. / Prokofiev
Scénario / réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) /Les Films Figures Libres
Langue Français et occitan (chant)
Diffusion FRANCE 3 SUD

Au XII° siècle, au moment où éclot la poésie des troubadours et se développe le catharisme, la vie d’Azalaïs de Trencavel, vicomtesse de Carcassonne, et ses amours avec le troubadour Arnaud de Mareuil et le Roi d’Aragon… Un monde qui sera détruit par la Croisade Albigeoise
au cours de laquelle le fils d’Azalaïs périra… Dans la Cité de Carcassonne, un Conteur imagine cette héroïne dont il raconte l’histoire
et sa parole fait naître des scènes de fictions. filet
FELIX ARNAUDIN Documentaire - 26 mn. 2003.
Avec Eric Jacquet (lecture des écrits d’Arnaudin) Les Manufactures Verbales (chants collectés par Arnaudin), Guy Latry, Pierre Bardou
Image Dominique Lizot
Eclairage Bernard Chastenet
Son Norbert Chayer
Montage David Flacard
Mixage André Hervoir
Scénario / réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Aquitaine (Carlos Bélinchon) avec la participation de la Région Aquitaine
Langue Français et occitan (chants)
Diffusion FRANCE 3 AQUITAINE
Sélection FIPATEL, Biarritz 2004

Au milieu du XIX° siècle, quand dans les Landes commence la culture intensive du pin, Félix Arnaudin voit un monde disparaître. Ce monde dont il a la nostalgie, il va le photographier et, ethnologue avant l’heure, il va collecter des chansons, des contes, des proverbes… Il va aussi dans son journal écrire son amour de la Lande, sa haine du monde industriel naissant… et ses amours contrariées avec une jeune servante. Accompagnés par les photos d’Arnaudin, un comédien qui lit des extraits de son journal, un groupe qui interprète des chants traditionnels gascons qu’il avait collecté, un professeur, un photographe, forment un chœur pour brosser le portrait de ce personnage et présenter son œuvre.filet
BORD’OC Documentaire - 26 mn. 2004.
Avec Gilbert Tiberghien, Christophe Robert, Mathieu Dubroca, Annie Lesca, Sylvette Demai-Béringuier, Jean-Marie Sarpoulet,
Marion Curto, Jérémie Obispo, Sébastien Girard

Extraits de « ORPHEE » de Bernard Manciet
Image Bruno Reiner
Son Patrick Legendre
Lumière Eric David
Montage Marie Fontdecave
Mixage Thierry Culnaert
Réalisation Michel Gayraud
Produit par France 3 Aquitaine (Carlos Belinchon) avec la participation de la Région Aquitaine
Langue occitan et français
Diffusion FRANCE 3 AQUITAINE

Avec le chant de l’Orphée de Manciet comme fil d’Ariane, on va dans Bordeaux à la rencontre de ceux qui défendent la culture occitane : enseignants, étudiants, militants…filet
POESIA Essai - 26 mn. 2004.
Avec Isabelle François, Myriam François, Yves Rouquette, Alem Surre-Garcia, Bruno Cécillon, Marius Blénet, Louise Berberich
et la voix de Roland Pécout
Textes de Franc Bardou, Aubin Bonnet, Jean-Yves Casanava Robert Lafont, Roland Pécout, Max Rouquette, Yves Rouquette,
Alem Surre-Garcia

Son Lionel Jaudon
Montage / mixage Antoine Traverson
Assistant Philippe Boccardi
Scénario / cadre / réalisation Michel Gayraud
Production OXO / France 3 Sud ( Tiziana Cramerotti)
avec la participation des
Régions Langudoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et du Département de l’Hérault
Langue occitan (st français)
Diffusion FRANCE 3 SUD

Et si, malgré les apparences, la télévision était faite pour la poésie ?... Comme on fait des « clips » à partir d’une chanson, Poésia propose
la même chose avec des oeuvres poétiques : 8 « clip-poèmes » réalisés à partir de textes de 8 poètes occitans contemporains…
8 approches formelles différentes qui donnent un aperçu de la poésie occitane d’aujourd’hui…
Confronté chaque fois à un texte poétique différent on tente d’apporter des réponses audiovisuelles. filet
CADENA CUBANA Documentaire - 26 mn. 2004.
Réalisation Michel Gayraud et Carlos Belinchon
Entretiens Carlos Belinchon
Image / montage Michel Gayraud
Voix off Eric Bonnefond
Conformation / mixage Antoine Traverson
Son voix off Olivier Calvat
Production Grenade Production
Diffusion RTSI (Télé Suisse Italienne)

A La Havane, plongée dans le monde des « vélo taxis »… Parmi leurs conducteurs on trouve des médecins, des lieutenants-colonels à la retraite, des boulangers, des électroniciens, des licenciés en lettre, qui, grâce aux dollars qu’apportent les touristes, gagnent mieux leur vie en pédalant
12 h par jour qu’en exerçant leur profession… Cadena Cubana, va à leur rencontre et suit la chaîne des métiers induits par ces « vélos-taxis » : constructeurs, réparateurs…à travers leurs témoignages apparaît la situation sociale de Cuba aujourd’hui et les capacités d’adaptation
et la lutte d’un peuple pour sa survie…Le film a été tourné avec un dispositif léger dont la discrétion et la souplesse ont permis de filmer « clandestinement » dans les lieux et les situations rencontrés.filet
DONAS Essai - 26 mn. 2004.
Avec Thérèse Canet, Isabelle François, Myriam François, Nathalie Robert, Anne Thouzelier, Véronique Valery, Anouk Berbery,
et la voix
d’Yves Rouquette
Scénario Alem Surre-Garcia et Michel Gayraud
Son Lionel Jaudon
Montage Antoine Traverson
Mixage : Patrick Level
Maquillage Karine Lebel
Musiques des chansons Laurent Cavalier (« La Fabrique »), Thierry Rouget (« La Talvera »)
Assistant réalisateur Philippe Boccardi
Cadre / réalisation Michel Gayraud
Production
France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) / OXO avec la participation des Région Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées
Langue occitan (st français)
Diffusion FRANCE 3 SUD

Un soir, autour d’une table, cernées par le bruit de la mer et une nuit bleue comme une peinture d’Yves Klein, des femmes, rassemblées pour
un repas entre amies, parlent de la « Mireille » de Mistral et de la poésie occitane féminine… Avec comme fil conducteur des extraits de « Mireille » lus off par un homme, et répondant comme un chœur à ces extraits en abordant les mêmes thèmes, ces « Donas » vont dire des textes de la Comtesse de Die, Marcelle Drutel, Louisa Paulin, Marcelle Delpastre… et la fin du repas va devenir une soirée poétique improvisée.
Une jeune fille qui a l’âge de « Mireille », écoute ces femmes dire la passion amoureuse, la solitude, la mélancolie, l’amertume, la mort… A l’extérieur, au clair de lune, la statue de Mireille est tournée vers la mer… Donas est un poème télévisuel dans lequel, avec une esthétique minimaliste les mots, les voix, les visages, les regards, les paysages de l’extérieur, les vagues de la mer, se relaient dans une continuité lyrique où l’on approche la poésie féminine occitane…filet
CANTAIRES Documentaire - 52 mn. 2005.
Avec Nadau, Les Manufactures Verbales, Joan-Frances Tisner, Verd e Blu, Marilis Orionaa
Photos Félix Arnaudin
Peinture Jean-Pierre Ugarte
Image Bruno Reiner
Eclairage Yves Jeanbrun
Son Jean-Michel Vincent
Montage David Flacard
Mixage Isabelle Rougeot
Réalisation Michel Gayraud
Production France 3 Aquitaine (Carlos Belinchon) avec le soutien de Région Aquitaine
Langue occitan (st français) et français
Diffusion FRANCE 3 AQUITAINE
Sélection FIPATEL, Biarritz 2006

Les chanteurs qui en Aquitaine, ont choisi de s’exprimer en occitan ... 50 mn où ils chantent et nous disent les raisons de leurs choix.filetJEAN BOUDOU Documentaire - 26 mn. 2005.
Avec Jeanine Boudou, Robert Marty, Alem Surre-Garcia
Son / mixage Patrick Level
Montage Antoine Traverson
Assistant opérateur Lionel Jaudon
Assistant réalisateur Philippe Boccardi 
Chansons à partir de texte de Jean Boudou : Rosalinda, Eric Fraj, Mans de Breish
Scénario Alem Surre-Garcia, Michel Gayraud
Réalisation /image Michel Gayraud
Production OXO / France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) avec la participation de la Région Midi-Pyrénées et le Département de l’AveyronLangue occitan (st français) et français
Diffusion FRANCE 3 SUD

La vie de l’écrivain occitan Jean Boudou a été faite d’errance et d’épreuves qui ont nourri son œuvre. Quand le jeune Boudou quitte son Ségala natal pour aller vers l’ailleurs et les autres, commencent la violence du monde, l’exclusion, la marginalisation… Mais cette marge, cette « talvera » (la lisière du champ), où l’on est confronté à la solitude et à la folie, est aussi l’espace de la liberté et de la création.
C’est de ce lieu que Boudou nous parle. Dans ce documentaire, accompagnés par les paysages de son enfance et de sa vie, sa fille, Jeannine Boudou, l’écrivain Alem Surre-Garcia, nous parlent de l’homme et de son œuvre dont un comédien nous dit des extraits. Des poèmes de Boudou mis en chansons scandent le parcours. filet
CARNAVAL ES ARRIBAT Documentaire - 26 mn. 2006.
Avec Séverine Calley, Sanz Grosclaude, Lucia Longué, Mathilda Longué, Simon Guillaumin, Mateu Casanova, Faustine Maillard,
Sandrine Caeilles, Romain Mieles, Boris Daussat

Image Bruno Reiner
Son Michel Jeangilles
Lumière Frédéric Maillard
Montage Xavier Grangé
Mixage Jean-Paul Papciak
Réalisation Michel Gayraud
Production France 3 Aquitaine (Carlos Bélinchon) avec le soutien de Région Aquitaine
Diffusion FRANCE 3 AQUTAINE

Dans le contexte du « Carnaval Béarnais » de Pau, rencontre avec les jeunes qui défendent la langue et la culture occitanes :
lycéens, étudiants, enseignants, militants…filet
SIRVENTES Essai - 23 mn. 2006.
Avec le Teatre du PapagaÏ » (Amaïa Cormier, Mélanie Duchamp, Marc-Antoine Lacabane, Julie Loubère, Julien Lautrec,
Aude Marcon, Fanette Suberroques, Damien Valéro, Elsa Vernhettes) et le « Kacophonic Orchestra »

Textes Peire Cardenal, Bernart Sicard de Marvejols, Peire Rogier, Aubin Bonnet
Chansons Dupain, Massilia Sound Système
Adaptation texte occitan Jean-Claude Forêt
Assistant opérateur Lionel Jaudon
Son / mixage Patrick Level
Assistant réalisateur Philippe Boccardi
Montage Antoine Traverson
Image / réalisation Michel Gayraud
Produit par OXO et France 3 Sud (Tiziana Cramerotti) avec la participation de la Région Midi-Pyrénées
Diffusion FRANCE 3 SUD
Sélection FIPATEL, (Biarritz) 2007, Festival « Résistance » 2007 (Foix) 

Dans le Sud, après la Croisade Albigeoise, les troubadours n’avaient plus le cœur à chanter l’amour. Ils chantaient des « sirventes », poèmes politiques et moraux dans lesquels ils déploraient la perte des valeurs de la civilisation occitane et critiquaient violemment une société où le goût du pouvoir, le mensonge, la cupidité, la corruption, avaient remplacé la loyauté et le droit…
En 2006, des étudiants s’approprient ces « sirventes » pour dire leur révolte et ces poèmes médiévaux prennent soudain une résonance contemporaine… Errant la nuit dans le labyrinthe d’une ville d’aujourd’hui, avec les mots des troubadours, ces jeunes du XXI° siècle disent leur désarroi et crient leur inadaptation à une société marchande de plus en plus inhumaine et à un monde où règnent le mensonge et la falsification. A la pensée calculante présente par les « one, two, three… » d’une musique contemporaine, répond la pensée poétique et critique des « sirventès » d’hier mais aussi d’aujourd’hui. Le film est un long clip avec une structure cyclique et répétitive à l’intérieur de laquelle les protagonistes semblent tourner en rond sans trouver d’issue.

filet 1907 LA REVOLTE DES VIGNERONS Documentaire - 50 mn. 2007.
Avec Jean Sagnes, Yves Rouquette, Jean Huillet, François Rabat, Georges Besombes
Chant Véronique Coria, Louis Forestier, Thierry Klein, Carlos Vasquez
Photographies Sallis-Bouscarle
Archives CINOC
Musiques Marc Perrone. Monteverdi
Son Lionel Jaudon
Mixage Patrick Level
Montage Antoine Traverson
Assistant réalisateur Philippe Boccardi
Scénario / image / réalisation Michel Gayraud
Production 1001 productions (Yann Drougard) / France 3 Sud (Tiziana Cramerotti)
avec la participation de
la chaîne « Histoire », de la Région Languedoc-Roussillon et du CNC.
Diffusion FRANCE 3 SUD, HISTOIRE
Prix du Film historique au Festival Oenovidéo de Sierre (Suisse)

En 1907, la viticulture méridionale est en crise et la misère s’installe dans le Languedoc… Rassemblés autour d’un cafetier petit propriétaire, Marcelin Albert, et du maire de Narbonne Ernest Ferroul, tous les dimanches les vignerons manifestent dans les villes du midi. Le mouvement s’amplifie et peu à peu c’est tout un peuple qui descend dans la rue : 20 000 personnes à Lézignan en mai… 600 000 à Montpellier en juin…
où il est décidé la démission des municipalités et la grève de l’impôt. Le président du conseil Clémenceau réagit en envoyant les cuirassiers : 6 morts à Narbonne. Inquiets sur le sort de leurs familles, les soldats du 17° d’infanterie se mutinent et marchent sur Béziers…
Dans le film « 1907 », accompagnés par les photos de 1907, un historien, un écrivain, un viticulteur, des chanteurs qui interprètent des chants composés à ce moment-là, un comédien qui dit les « Mémoires d’Albert » et… un mutin du 17° (document réalisé en 1979) forment un chœur pour raconter cette histoire sur un mode à la fois didactique et lyrique.
Au final, on relie ces évènements avec la situation de la viticulture aujourd’hui.filet

YVES ROUQUETTE Documentaire - 26 mn. 2007.
Avec Yves Rouquette, Marie Rouanet, Jean Larzac
Peintures Pierre François
Son / mixage Patrick Level
Assistant opérateur Lionel Jaudon
Assistant réalisateur Philippe Boccardi
Montage Antoine Traverson
Scénario / image / réalisation Michel Gayraud
Production OXO avec la participation de France 3 Sud et de la Région Midi-Pyrénées tourné à Camarès (Aveyron)
Diffusion FRANCE 3 SUD

Poète, romancier, auteur dramatique, conteur, chroniqueur, essayiste, militant… Yves Rouquette est une des figures majeures de la littérature occitane contemporaine. Dans le film Yves Rouquette c’est le poète qui est privilégié. On va à sa rencontre dans le village de Camares d’où est originaire sa famille et où il s’est retiré… il nous dit son amour des humbles et sa haine des « artificiers et des faiseurs d’arabesques ».
Lui, dans un style clair, il va à l’essentiel. De nombreux textes sont dits par l’auteur. Sa compagne et son frère, les écrivains Marie Rouanet
et Jean Larzac, témoignent. Beaucoup de longs plans pour prendre le temps d’écouter le poète.filet

MOSAÏCA Documentaire - 51mn. 2008.
Avec Alem Surre-Garcia, les chanteurs Véronique Chalot, Dalèle Muller, Guillaume Lopez, le groupe MOSAÏCA
et les danseurs de « La Bethmalaise »

Son Lionel Jaudon, Emmanuel Clémenceau
Mixage Patrick Level
Assistant réalisateur Philippe Boccardi
Montage Antoine Traverson
Scénario Alem Surre-Garcia, Michel Gayraud d’après « Les Orients d’Occitanie » de Alem Surre-Garcia
Image / réalisation Michel Gayraud
Production 1001 Productions / France 3 Sud avec la participation du C.N.C et de la Région Languedoc-Roussillon
Diffusion FRANCE 3 SUD

Présence et coexistence des chrétiens, musulmans et juifs entre le VIII° et le XIII° siècle de part et d’autre des Pyrénées, visible dans l’architecture, la poésie, le légendaires, la musique… On suit l’écrivain Alem Surre-Garcia dans divers lieux où se manifeste cette présence et son voyage est scandé par des chants et des musiques…filetIN EXTREMIS Essai - X mn. 2014.

« L’équipage pétrifié resta un moment immobile puis se retourna : Le navire ? Grand Dieu où est le navire ? ». Bientôt ils le virent dans une atmosphère trouble, bouleversante, fantôme évanescent, vu comme à travers les brouillards de la fée Morgane… Maintenant les cercles concentriques se resserraient autour de la baleinière esseulée et de son équipage, saisissant chaque aviron qui flotte, chaque lance, les êtres vivants, les objets, les emportant en rond dans un unique tourbillon… » H. Melville